YOGA | FEVRIER 7, 2019
LA SOUFFRANCE FAIT DE NOUS DES SUPER-HÉROS (PODCAST)
Podcast1n2

Bonjour à tous, je vous retrouve aujourd’hui pour évoquer le thème de la souffrance avec vous. Retrouvez le support écrit et le podcast ici.
J’espère que cela vous aidera, je vous souhaite une bonne écoute.

 

LA SOUFFRANCE fait de nous des super-héros

_________________________________


_________________________________

L’étude de la philosophie du yoga m’a permis de changer mon approche de la souffrance. Jusque là, tout ce à quoi j’aspirais c’était fuir la souffrance, fuir à tout prix tout ce qui pouvait me faire souffrir. Et quand je dis fuir, je l’entends même au sens littéral du terme. Une amitié tournait au fiasco pour un mot que j’interprétais mal, et je disparaissais - un job ne me convenait plus, je partais du jour au lendemain. Fuir, ça a été durant longtemps une de mes façons de fonctionner. Je fuyais parce que je ne savais pas communiquer. J’ai toujours eu du mal à dire les choses, le plus souvent par peur de décevoir l’autre ou de blesser, ou encore par peur du conflit. La peur de la confrontation - toujours quelque chose sur laquelle je travaille cela étant dit.

Aujourd’hui, j’arrive à développer beaucoup de compassion pour ce que j’ai fait, parce que finalement, si je regarde en arrière, je me dis que j’ai surtout fait comme je pouvais.

Mais l’idée est qu’à toujours agir de la même manière, comment peut-on espérer avoir des résultats différents ? Comment peut-on espérer évoluer en ne changeant aucun paramètre ? en reproduisant indéfiniment les mêmes schémas de comportement ?

 

J’ai la sensation qu’une chose s’est débloquée en moi quand j’ai commencé à étudier les enseignements sacrés des yogis. Les yogis nous disent que finalement, la souffrance s’avère utile. Pourquoi ? Parce qu’elle nous brûle tellement les fesses, c’est tellement inconfortable ! - qu’elle nous pousse à chercher la vérité, à chercher ce qui est authentique pour nous. Elle nous replace sur notre voie. Si vous êtes sur le mauvais chemin, la Vie vous remettra sur la Voie, par un moyen ou par un autre. Elle viendra nous réaligner. Une situation qui nous fait souffrir devient alors une opportunité d’aller chercher au delà, ou plutôt en dedans pour vraiment regarder ce qui ne va pas. Cela nous aide à nous réaligner.


Le fait est que la plupart du temps, on essaie d’éviter de souffrir. On essaie d’échapper à la souffrance et on se croit assez fort pour se cacher. Mais ces dernières semaines m’ont enseigné qu’il est des souffrances auxquelles on ne peut échapper. Tout simplement parce que par moment, je me dis que la Vie fait un peu ce qu’elle veut de nous. Et qu’on a l’illusion de contrôler. Elle nous donne parfois l’illusion que l’on contrôle. Jusqu’au moment où elle reprend toutes ces bénédictions auxquelles on ne prêtait même plus attention tant on y était habitué. Les choses sont remises à leur place. Et on se dit que l’on a été bien ingrat jusqu’ici de vivre et d’agir aussi négligemment devant toutes les choses simples et pourtant si délicieuses  qui rendaient notre vie lumineuse.

Mais il ne s’agit pas de se morfondre pour ce que l’on aurait perdu. Mais bien au contraire, d’entr’apercevoir les opportunités inhérentes qu’il nous appartient de révéler. La souffrance peut être une immense source d’évolution. La douleur porte en elle tous les germes nécessaires à sa transformation. Transformer ce qui nous plombe, ce qui nous met à terre, en occasions en or, pleines de possibilités - transformer le plomb en or.

Et c’est si difficile à entendre lorsqu’on se trouve en plein dedans. Totalement aveugle, vide et hermétique. On se sent incompris, on se referme et il semblerait que rien ne puisse nous sauver.

 

Cela dit, la souffrance n’apparait pas par hasard dans notre vie. Elle intervient toujours à un moment bien spécifique, précisément quand nous sommes prêts. Elle apparait quand nous sommes mûrs quant à notre capacité à la transformer, à la transmuter, à la transcender.

Une grande épreuve nous assaille, et déjà elle en contient les graines de la transformation, celles-là même qui nous permettront de développer les qualités et les dons pour la surmonter. D’une certaine manière, les épreuves, la souffrance, nous transforment en super-héros. Encore faut il être conscient du camp auquel cela nous amène à appartenir ? De quel côté tombons-nous après tout ça ?

Quels sont les super-pouvoirs que vous laissez apparaitre ? Est-ce le pouvoir de la magnifique-capacité-à-prendre-soin-des-autres ? ou est ce le super-pouvoir de la violence et de la-haine-des-autres-et-du-monde ?

 

Bien qu’évidemment, tout ne soit pas aussi simple que ça, ni aussi contrasté (-quoi que-), j’ai remarqué que, confronté à la douleur, deux champs de possibilités se dessinent.

 

La première est de se laisser gagner par celle-ci aboutissant à ce qui pourrait être comparable à une fermeture. On estime le poids trop lourd, le coeur se ferme, on se replie sur soi, on devient amer, aigri. Et on tient le monde pour responsable. S’en suit la ronde incessante et continue des Pourquoi ?

Pourquoi moi ? Pourquoi s’est il passé ça ? Pourquoi dois-je vivre ça ? Pourquoi pas mon voisin, qui lui est mauvais-jamaisdebonnehumeur-désagréable ? C’est vrai quoi ! Après tout, je fais tout pour que tout ce passe bien dans ma vie. Je fais attention aux autres, je fais de mon mieux pour leur venir en aide, pour leur être agréable. Alors pourquoi est-ce tombé sur moi ?

Et la boucle sans fin se met en place. Et on tourne en rond.

 

La deuxième option consiste à relever la tête à se dire « Ok, il m’est arrivé ça. Maintenant, qu’est ce que j’en fais ? Comment vais-je pouvoir transformer ça ? C’est vraiment du bullshit ce qui m’est arrivé, mais comment puis-je grandir de ça, là, maintenant ?

 

Seulement à cet instant pourront éclore de magnifiques qualités. Peut être qu’il est nécessaire d’accueillir et d’accepter l’épreuve entièrement pour que la suite puisse se révéler, et les clefs se dévoiler. Ce que je voudrais préciser ici, c’est que lorsqu’on traverse une épreuve je pense qu’une étape consiste à laisser la place nécessaire à la douleur, à accepter de la vivre toute entière - et que c’est précisément cela, qui permettra de débloquer les choses. Ce moment où l’on cesse de lutter contre et où on se laisse être avec - pour accéder au renouvellement.

La petite fille rejetée dans la cour de récréation, ou celle qui a été abandonnée par son papa développera alors peut être une grande sensibilité qui lui permettra d’être attentive aux autres et de pouvoir remarquer la personne vivant la solitude en classe ou au bureau. Elle pourra le relever parce qu’elle-même aura vécu cela, parce qu’elle aura enduré les mêmes blessures, en aura souffert et qu’elle saura à quel point cela est douloureux. Elle pourra tendre la main qu’elle aurait aimé elle-même trouver.

La personne ayant vécu une grosse dépression, ayant vraiment vécu des moments extrêmement éprouvants et difficiles et qui aura réussi à en sortir, qui aura réussi à trouver les clefs pour grandir de cela, imaginez la bénédiction sous-jacente, car à son tour elle pourra venir en aide à ses Frères et Soeurs.

Ou encore, la personne qui aura perdu un être cher, son père, sa mère, son mari, son enfant. Cette personne dans la douleur la plus totale, cette personne à terre, imaginez la puissance le jour où elle parviendra à s’en relever. Imaginez les qualités d’âme, d’écoute, de présence et d’Amour qui en découleront.

On ne peut juger ce qui sera une épreuve pour les uns, ni de l’impact que cela pourra avoir dans une vie. Un évènement qui vous paraitrait anodin, semblera insurmontable à votre ami. Pour l’un, ce sera comme une marche à enjamber et pour l’autre ce sera comme un mur infranchissable.

Nous nous sommes incarnés sur Terre avec une liste de choses à guérir, à apprendre, à expérimenter qui nous est propre. Chacun son plan d’incarnation.

 

Ce qui est certain c’est que la difficulté marque la présence du potentiel de germination d’un don.
La question est qu’allez vous en faire ?

A l’instar d’un virage à bien négocier, ou d’un passage escarpé, fait de bosses requérant toute notre conscience, patience et attention, pour continuer sur notre route, la douleur est l’élément qui vient nous renforcer. Elle nous permet de développer les compétences, les armes afin que nous soyons bien équipés pour la suite du chemin à parcourir. Ces réflexions m’ont permis de changer le regard que je pouvais porter sur les épreuves, les problèmes, la douleur. Et si tout cela n’avait pour but que de révéler ce qui sommeillait jusque là au plus profond de nous ?

 

A chaque douleur, l’épanouissement de son don. En vous autorisant à incarner pleinement votre don vous libérerez également les autres, et les autoriserez à les incarner à leur tour.

 

 

Que le meilleur afflue à vous, 

 

Recevez régulièrement mes dernières nouveautés
dans votre boite mail!